Le potager bio

Qui ne rêve pas d’avoir un potager bio ? Dans un monde où les produits chimiques sont aussi nombreux que dangereux, manger sain en cueillant fruits et légumes dans son potager ne serait pas de refus. Mais la création et l’entretien d’un potager bio demandent quelques règles à suivre et quelques techniques de base à connaître. Envie de vous lancer dans cette aventure ? Voici quelques infos à connaître avant de semer vos premières graines bios.

Respecter les normes bios

L’appellation bio demande que vous respectiez quelques règles de base pour votre potager nature. Pour rappel, tout ce qui est bio respecte la nature et le développement durable. Évitez donc d’utiliser des pesticides ou des engrais chimiques avec lesquels votre potager sera tout sauf bio. Vous devriez aussi semer des graines bios.

Une grande partie des légumes et des fruits disponibles sur le marché ont été plantés avec de nombreux produits chimiques qui optimisent leur développement. On y est tellement habitué qu’on se demande s’il est quand même possible d’obtenir une récolte acceptable sans aucun « boosteur » chimique. La réponse est oui, mais il faut le vouloir et donc faire preuve de rigueur et de méticulosité.

Plantez alors des variétés de graines adaptées au climat de votre région et à votre type de sol. Sélectionnez-les également en fonction de la saison. Vous devriez aussi bien préparer le sol pour que la semence se développe de la manière la plus optimale possible.  

Respecter tous les paramètres bios est parfait pour l’environnement, mais c’est surtout bénéfique pour la santé. Si vous désirez en savoir plus sur les intérêts nutritifs des produits bios, vous êtes vivement invités à parcourir cette page.

Débuter un potager bio : sur quel sol ?

Un ou deux mètres carrés suffisent pour débuter votre jardin potager bio, mais la parcelle doit être bien située. Plusieurs paramètres entrent donc en jeu :

  • Bonne exposition au soleil
  • Pas trop de vent
  • Pas exposée plein nord
  • Loin des conifères
  • Sol fertile

Concernant ce dernier point, un sol fertile se reconnaît à sa couleur marron noirâtre et si ce n’est pas le cas, il va falloir la fertiliser et ce n’est pas du tout compliqué comme vous pourrez le constater avec ce tutoriel.

Bien préparer le sol

Plusieurs mois de préparation sont nécessaires avant d’en arriver à la fertilisation. Pour planter à la fin du printemps, commencez à préparer le sol en automne en recouvrant le sol d’une épaisse couche de feuilles mortes. Elles vont progressivement se dégrader grâce aux insectes et sous l’action de la pluie, de la neige, de la variation de température, etc. Les feuilles ainsi décomposées enrichissent le sol.

Passé l’hiver, enlevez le gazon ou les adventices si votre sol en est recouvert, mais assurez-vous que la terre ne parte pas avec leur racine. Pour cela, vous devez soulever la couche supérieure du sol. Et pour cela, plantez la fourche bêche à la verticale et tirez-la vers vous à la verticale également. Une fois la terre soulevée sur toute la surface à préparer, vous pourrez arracher plus facilement le gazon ou les adventices que vous secouerez délicatement pour que la terre reste. Passez enfin à la fertilisation puis à la semence.

Faire un potager biologique dans son jardin n’est pas bien difficile, même si cela demande un minimum de rigueur. Et en plus de la joie de planter quelque chose de soi-même, cette initiative est récompensée par la consommation de produits bios qui ont beaucoup d’avantages.