Tout savoir sur le verger

Espace plus ou moins grand destiné à la plantation d’arbres fruitiers, le verger exige quelques conditions importantes pour bien produire. Si vous désirez vous lancer dans ce genre de projet à petite ou à grande échelle dans l’aménagement de votre jardin, trouvez ici quelques informations. Quelle surface ? Quel genre de sol ? Quelles espèces d’arbres fruitiers planter ? Nous répondons à toutes vos questions.

Qu’est-ce qu’un verger ?

Parfois appelé arboriculture fruitière, le verger est un endroit destiné à la culture d’arbres fruitiers. Il existe plusieurs types de vergers, dont l’appellation dépend en général de la taille du terrain et des procédés de culture :

  • Petit-verger : verger de petite taille, créé en général dans un jardin. De nombreux particuliers optent pour cette solution afin de cultiver des arbres fruitiers dans un petit espace (jardin, terrasse, balcon etc.) On peut y alterner plusieurs espèces d’arbres fruitiers. Optez par exemple pour des arbres nains sur le balcon. Découvrez-en un peu plus ici.
  • Pré-verger : verger d’arbres haute-tige avec une densité moyenne de 100 pieds par hectare. La culture y est très traditionnelle, avec pratiquement aucune utilisation de pesticide. Le pré-verger entre dans la catégorie d’agroforesterie avec une culture libre, sans plan de verger. Les arbres haute-tige ne nécessitent pas d’entretien régulier et ils mettent beaucoup plus de temps à produire des fruits.
  • Verger conservatoire : verger de préservation du patrimoine biologique et génétique des arbres fruitiers. On y conserve les variétés fruitières générales, les variétés locales, les traditions de culture, le savoir-faire etc. On peut y retrouver des techniques de culture anciennes ou des variétés fruitières oubliées.
  • Verger bio pour une culture d’arbres fruitiers sans produit chimique comme les pesticides. La culture prend plus de temps parce qu’elle respecte le rythme naturel des plantes et la production est donc bio, plus savoureuse et plus saine.

Quelles espèces d’arbres fruitiers peut-on y cultiver ?

Le choix des arbres cultivés dépend évidemment des besoins du cultivateur, mais également du type de climat et du type du sol. Il existe en général trois variétés d’arbres fruitiers qu’on retrouve couramment dans un verger, à savoir les fruits à pépins, les fruits à noyau et les fruits secs. Plusieurs conditions sont nécessaires en fonction du fruit pour une production optimale.

Le poirier, un arbre qui vit de nombreuses années et qui convient aux grands vergers, nécessite par exemple une bonne exposition ensoleillée. Il convient parfaitement au sol limoneux ou silico-argileux. Le poirier se développe très bien sur un sol perméable et profond et convient au climat tempéré, mais il peut résister au climat froid à condition de ne pas être exposé aux vents.

Parfaits pour un climat méditerranéen, le pêcher, le nectarinier et le brugnonier s’adaptent aussi aux climats tempérés. Ces arbres poussent sur tous les types de sol peu profond, bien drainé, mais pas humide ni calcaire. Ils ont besoin d’une bonne exposition ensoleillée.

Par ailleurs, la taille du verger peut jouer sur le choix des arbres fruitiers à cultiver. On peut par exemple mélanger les arbres à haute tige et les arbres à demi-tige dans un petit verger. Découvrez ici plus d’explications sur les différentes formes d’arbres fruitiers.

Plusieurs critères doivent être respectés pour créer un verger, que ce soit pour le balcon, dans un appartement urbain ou sur un terrain de plusieurs milliers d’hectares. La production repose en effet en grande partie sur la création du verger (choix du sol, de l’exposition, des vents etc.), sur le choix des arbres fruitiers et sur d’autres critères primordiaux, notamment la pollinisation. D’ailleurs, au Sichuan (en Chine), les hommes jouent aux abeilles en procédant à la pollinisation à la main comme on peut le lire ici.